« Back to the Bowl » : à la découverte du plus californien des skateparks marseillais

Outre les 67 000 places du Stade Vélodrome, c’est une autre arène prisée des sportifs du monde entier que Marseille abrite avec le Bowl du Prado. Depuis 25 ans, sa surface creuse et arrondie est égratignée par les planches des plus brillants skateurs de leur génération, de Tony Alva à John Cardiel en passant par Alex Sorgente. Le documentaire « Back to the Bowl », réalisé par Julian Nodolwsky – déjà co-auteur de « Shake This Out » – retrace son Histoire.

Comme celle de la discipline toute entière, ses premières pages s’écrivent en Californie, au milieu des années 1970. À l’époque, les kids de la région bravent tous les interdits à la recherche de piscines abandonnées où ils pourraient exercer leurs tricks. La pratique, proche du surf, est appelée « bowl riding » et fait rêver les apprentis skateurs des quatre coins du globe. Ceux de Marseille plus que les autres, quand bien même leur ville semble inadaptée aux planches.

Jean-Pierre Collinet, rider dans l’âme, étudiant en architecture à ses heures perdues, parviendra tout de même à concrétiser ce rêve en 1991. Avec le Bowl du Prado, il offre à la ville l’un des plus importants skatepark de l’époque. Suffisant pour faire de la cité phocéenne l’une des places fortes du skate mondial. Ravivé en 2016 par l’organisation des RedBull Bowl Rippers, le plus californien des spots marseillais est aujourd’hui célébré par ce documentaire, à visionner en intégralité sur RedBull TV.