Explication de texte : Kendrick Lamar « The Heart Part IV »

Il y a des retours qui ne trompent pas. Prenez le parcours de Zinédine Zidane pour la Coupe du Monde 2006, la récente élection de Donald Trump au poste de président des États Unis ou encore la remontada historique du FC Barcelone contre le PSG. Si les trois exemples cités trouvent tous une fin tragique selon le camp où l’on se situe, le retour au premier plan de Kendrick Lamar avec son titre « The Heart Part IV » fait d’ores et déjà l’unanimité sur toute la toile.

 

Nous avons choisi de sélectionner quelques extraits du titre afin de les disséquer et de les interpréter. À noter que le titre est composé de deux morceaux distincts, habitude prise par Kendrick Lamar depuis quelques projets déjà. Pourtant la cohérence des deux parties réside dans le fait que le sujet abordé est ostensiblement le même : la compétitivité. Cependant, pour cette article nous nous contenterons d’analyser la deuxième moitié de « The Heart Part IV ».

« My fans can’t wait for me to son ya punk ass and crush your whole lil shit
I’ll Big Pun ya punk ass, you a scared little bitch
Tiptoein’ around my name, nigga ya lame
And when I get at you homie don’t you just tell me you was just playin’
Oh I was just playin’ with you K-Dot, c’mon
You know a nigga rock with you, bro

Shut the fuck up, you sound like the last nigga I know
Might end up like the last nigga I know
Oh you don’t wanna clash? Nigga, I know
I put my foot on the gas, head on the floor
Hoppin’ out before the vehicle crash, I’m on a roll »

« Mes fans meurent d’envie de me voir éduquer ta petite gueule de con et détruire tout ton petit cinéma
Je vais Big Punitiser ta tronche, sale pute effrayée
Tu marches sur des oeufs quand t’entends mon nom, négro tu fais pitié
Et quand je viendrai te voir, ne me dis pas que tu étais en train de jouer
« Oh je déconnais avec toi K-Dot, allez quoi !
Frère, tu sais que je kiffe ton délire »
Ferme ta gueule, tu ressembles au dernier négro que j’ai connu
Tu finiras probablement comme lui
Ah, tu ne veux pas te clasher avec moi ? Négro, je sais
Pieds au plancher, tête en position de sécurité
Je saute hors de la voiture avant que le véhicule ne se crashe je suis en mission »

Ici Kendrick règlerait ses comptes avec des artistes ayant remis en cause son statut à travers différents titres et ce, de façon subliminale depuis le fameux titre « Control » de Big Sean dans lequel il figure également (titre dans lequel K-Dot vole clairement la vedette) et où il prend nominalement à partie un certain nombre de rappeurs.
Kendrick joue autant sur le poids du rappeur défunt Big Pun que sur la très grande habilité lyricale du feu artiste New Yorkais mais aussi sur le nom : en effet le pseudonyme complet est Big Punisher, à traduire par Le Gros Punisseur.

 

En outre, le natif de Compton remet en cause la crédibilité de ces artistes qui n’ont pas le courage d’assumer jusqu’au bout leurs propos quand ce dernier les confronte.
Finalement, la métaphore filée de la conduite se traduit par un rappeur en pleine confiance (c’est lui qui tient le volant, personne d’autre) et à l’allure beaucoup trop rapide pour ses concurrents, qu’il mène à la débâcle tout en refusant de « foncer dans le mur » avec eux, car des choses plus importantes l’attendent.

« Hoe, Jay Z Hall of Fame, sit your punk ass down (sit yo’ punk ass down)
So that means you ain’t bigger than rapping (what else?)
So that means no more playing the backseats (what else?)
My spot is solidified if you ask me (what else?)
My name is identified as « that king »
I’ll let y’all worry about a list, I’m on some other shit
A difference between accomplishments and astonishments
You know what time it is, ante up, this is in forever
Y’all got ’til April the 7th to get ya’ll shit together »

« Salope, Jay Z est au Hall of Fame, pose ton cul de bouffon (pose-le)
Ça veut dire que tu n’es pas plus grand que le Rap (quoi d’autres ?)
Ça veut dire que je ne joue plus les attentistes (quoi d’autres ?)
D’après moi, ma position est consolidée (quoi d’autres ?)
On me reconnait sous l’appellation « ce roi »
Je vous laisse vous soucier de cette liste, quand à moi, je passe à autre chose
C’est la différence entre le fruit du travail et ce qui arrive par surprise
Vous savez comment ça se passe, placez vos paris, je suis là jusqu’à la fin
Vous avez jusqu’au 7 avril pour remettre de l’ordre dans vos esprits »

Ici pas besoin de prendre de gants ou de parler au conditionnel : Kendrick attaque clairement Drake. Pourquoi ? Parce que depuis quelques années, de petites piques sont régulièrement échangées entre le natif de Toronto et le mogul New Yorkais. Dernier fait d’armes l’année dernière lorsque Jay Z avait rappé :

‘Til you’re on your own you can’t be me (…) Real life I’m like HOV, real life I’m life goals
In real life they’re like me? In real life I’m like, « No. »

« Tant que t’es pas en solo, tu ne peux pas être moi (…) Dans la vie réelle ils disent être comme moi, ma vie de tous les jours ressemble à vos objectifs de toute une vie. Ils pensent être comme moi quotidiennement ? Vraiment… je ne pense pas un instant. »

Parce que Drake avait déclaré dans le titre « Summer Sixteen » :

« I used to wanna be on Roc-A-Fella then I turned into Jay »

« Je voulais faire partie de Roc-A-Fella, puis je me suis transformé en Jay Z »

 

Kendrick explique notamment qu’il ne sera plus passif sur certains sujets, sans doutes fait-il comprendre qu’il attaquera de manière frontale quiconque viendra le challenger. Il embrasse complètement sa filiation royale avec les plus grands noms du rap : Jay Z (King of Rap), Notorious BIG (King of NYC) ou encore Tupac (King of the West Coast) en se faisant appeler « roi » ou du moins en se laissant appeler par ce mot.
Il revient aussi sur la fameuse liste des dix meilleurs rappeurs de tous les temps publiée par le média Billboard (où il est classé à la 9ème position). L’artiste explique alors qu’il mérite sa place grâce à une éthique de travail parfaite et que rien n’est laissé au hasard ni à la chance.
Enfin, il prévient la concurrence et le public qu’ils ont jusqu’au 7 avril (sortie de son nouvel album ?) pour retrouver la raison et de parier sur le bon artiste : King Kendrick.

 

 

Vous pouvez retrouver le titre ICI