Nike et Pigalle sortent le grand jeu

Le basket l’enveloppe, l’embrase, l’obsède. Du genre qui prend aux tripes. Ca avait commencé par un coup de cœur, gamin, dans la cour de l’Ecole Blanche. Ca s’était poursuivi dans une association de quartier, puis ça l’avait amené jusqu’au Championnat de France, sous le maillot de Massy Palaiseau. Depuis, Stéphane Ashpool transmet. Avec Nike, sa passion vit à travers des collections-capsules depuis trois ans.

 

 

De l’élégant confortable, du sportwear léché. L’envie de concevoir des pièces à porter sur le court comme en-dehors, de repenser l’urbain. Avec une touche parisienne et un parfum rétro, celui du basket américain époque nineties. En avril 2014, Nike et Pigalle dévoilaient leur première collaboration. Deux paires d’Air Force 1, deux jerseys et leurs shorts coordonnés, une casquette et un ballon de basket. Des nuances sombres confrontées à des tons pop. Des effets dégradés, délavés, patinés. Quelques mois plus tard, le label parisien revisitait la Nike Air Raid dans une version premium.

L’année suivante, le tandem rempilait. Stéphane Ashpool imaginait pour Nike des shorts réversibles, des t-shirts, des jerseys, des hoodies, des accessoires et une paire de Dunk, habillés d’un motif moucheté. Puis il y avait eu le projet de rénovation du playground, à l’été. Pour sauver le terrain de la rue Duperré, menacé par les voisins agacés, Nike avait mis de bon cœur la main au panier. Grâce au soutien du géant américain, le site avait pris de nouvelles couleurs, vives et tranchées, mais surtout enfilé un revêtement anti-bruit, en gomme recyclée. Photographié par des curieux venus du monde entier, il fera de nouveau sa mue le 24 juin.

 

 

En 2016, Stéphane Ashpool dépoussiérait l’emblématique Nike Air Unlimited, en la taillant dans un cuir synthétique immaculé. Et puis ce jeudi 22 juin, au Musée d’Art Moderne, la collaboration NikeLab x Pigalle prenait une nouvelle dimension. Quelque chose de plus complet, abouti, de plus mûr peut-être.

Il fallait les voir jouer des coudes, bouillonner, dans la chaleur moite de la canicule. La presse, les influenceurs, les amis de toujours, les marmots du quartier. Baptisé « Past Present Futur », le défilé créait l’événement. Sur les murs repeints aux couleurs de la collection – bleu roi, crème et bordeaux-, les silhouettes s’exposaient en tableaux. Au sol, on avait disposé des sculptures et puis des socles, face aux bancs, pour accueillir les mannequins. La nouvelle collection NikeLab x Pigalle est futuriste, avec du vintage dedans. Matières techniques et inspirations 90’s. La gamme s’est élargie, elle est désormais unisexe. On y trouve pêle-mêle un luxueux survêtement color block, une veste mi-longue phosphorescente, un short en molleton non gratté, un sweat à capuche rehaussé de médaillons contrastants mais aussi une casquette, une visière, un t-shirt, un ballon pastel et, pour elle, une brassière Pro Classic. La Air Shake Ndestrukt – ancienne icône des parquets – et les Benassi Duo Ultra Slide prennent, elles, des airs couture, avec leurs détails raffinés et leurs empiècements en textile. Associées aux modèles du défilé Pigalle Paris printemps-été 2018, les pièces gagnaient en sublime. Aux côtés de ce hoodie aux plissés graphiques, de cette veste aux manches architecturales grillagées, de ce complet matelassé, de cette chemise en organza transparent, de ce bomber et de ce jogging ovoïdes ou de ce long manteau acier. Le lieu ne tenait pas au hasard, Ashpool fait dans l’art.






 

 

La nouvelle collection NikeLab x Pigalle sera disponible dès le 24 juin dans les boutiques NikeLab et chez Pigalle Basketball.

Plus d'articles

Traitement de luxe pour nos Air Max 95

Eclypsé dévoile sa première sneaker

#YARDSummerClub : Streetstyle #3 avec Alex Dobé