Somewhere in… New York avec Sony Larson et Louis Lagny

Dans ce nouveau Somewhere In…, c’est l’un de nos rédacteurs, Sony Larson, qui nous offre les images de son voyage dans une ville à la démesure légendaire : New York. Voici son récit :

New York, la hauteur indécente de ces gratte-ciels méprisants, la lumière aveuglante de ces panneaux publicitaires scintillants, jusqu’aux fameux taxis jaunes et pimpants… Tout y est, comme dans les films ! Tout y est, comme pour symboliser la grandeur de la première puissance mondiale. Enivrante, étourdissante, arrogante… On se perd trop facilement dans ses ruelles et plus encore dans son métro. Ce beau bordel, cette bête infernale dont les entrailles regorgent de petits talents à l’instar de ces jeunes breakdancers à Lexington Avenue.  Outre le côté touriste : Ground Zero, Time Square, le Chrysler Building ou encore La Statue de la Liberté… Nous nous sommes familiarisés à l’envers du décor. Le côté plus humain. Celui qui, absent des cartes postales, s’ajoute aux richesses qu’offrent la métropole cosmopolite. Des vétérans de guerre de Williamsburg, les vendeurs de la Trump Tower, Zahi (notre jazzman canaille d’East Village), ce couple qui venait célébrer son mariage par une petite danse dans la gare de Grand Central, le Fat Cat (ses billards et son groupe de chanteurs cubains), sans oublier les immanquables comics shops, fast-foods et Dunkin Donuts. Cinq heures de sommeil par nuit, des centaines de dollars dépensés résument autrement une semaine de ride dans la ville de Rocky, Jay Z et Frank Sinatra. Puis vient le moment de lui dire au-revoir et de rentrer à la maison. “New York, New York.” Quand te reverrais-je?

 




























/