Comment parler de santé mentale dans le football ?

Comment parler de santé mentale dans le football ?

Yard - Comment parler de santé mentale dans le football ?

Après avoir démarré notre premier talk « comment valoriser l’effort d’un retour après un revers » dans le cadre de The School of New Football, le second des cinq épisodes de la série – qui prendra fin ce vendredi 9 juillet – vient de s’achever. Lors de cette conversation qui a réuni Tripy Makonda, Samir Bouadla et Wesley Ngo Baheng, a été évoqué le sujet de la santé mentale dans le football et plus largement comment libérer la parole chez les jeunes.

Avec Nike et le concours de différents invités, nous souhaitons construire un futur pour le football où chacun pourrait apprécier cette pratique de la manière la plus « vertueuse » possible. Un espace sans jugement de valeur et où tout le monde se sentirait à l’aise, plein de confiance sur et en dehors des terrains. Tout ceci a été abordé avec nos invités et bien plus encore lors de ce premier épisode de The School of New Football et pour tous ceux et celles qui n’ont pas pu s’enregistrer et y participer, voici une petit récap des interventions de nos invités.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par YARD (@yard)

Sur l’importance de saisir la situation

Tripy Makonda : « Essayez de comprendre la situation, essayez de comprendre l’échec pour faire face car c’est une sorte d’acceptation de l’échec qu’il ne faut pas fuir. Si tu fuis cette réalité, elle reste en toi et c’est une énergie qui va se transformer en souffrance. »

Savoir en parler et faire les choix les plus judicieux

Wesley Ngo Baheng : « Premièrement, il faut en parler et ne pas avoir peur des différents soucis qu’on peut rencontrer. Ensuite, il faut savoir se valoriser parce que le fait de vivre des choses dans le monde du sport, quoi qu’il arrive ça ajoutera une plus value dans le monde professionnel. Et enfin, il faut bien s’entourer. Aujourd’hui une carrière c’est une succession de choix et les meilleurs choix sont collectifs. Surtout ne pas avoir peur de parler de santé mentale parce que contrairement à ce qu’on croit le football, ça se passe dans la tête. Pas uniquement avec les pieds. »

Dédiaboliser le terme de la santé mentale

Samir Bouadla : « La santé mentale doit être vue à travers deux aspects : le côté positif où elle te permet de te dépasser grâce à la préparation mentale et l’autre côté lorsque ça va moins bien et que tu ressens une certaine pression. Moi je pense que la meilleure solution reste d’en parler. La pression porte bien son nom, c’est comme une cocote minute, lorsqu’il y a trop de pression il faut l’évacuer. Il ne faut pas se laisser griser par les coups de moins bien…après c’est facile à dire. »

Avoir des alternatives

Tripy : « Il faut s’accrocher et toujours faire face, faire cette sorte de résilience face à la situation. Il faut avoir des alternatives : un plan A, un plan B, un plan C et un plan D pour faire face à n’importe quelle situation. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par YARD (@yard)

L’importance d’être dans l’anticipation

Wesley : « C’est tabou mais en même temps c’est important d’en parler. Actuellement c’est quelque chose qui se fait de plus en plus et on est même dans l’anticipation. C’est ce qu’on appelle la préparation invisible. Certains joueurs vont le faire indépendamment de leur club. Et bien sûr le partage d’expérience, de plus en plus de clubs ouvrent leurs portes à leurs anciens joueurs. Des fois il s’agit plus d’interventions ponctuelles, mais c’est déjà ça. »

Pour assister aux prochains talks et poser vos questions à nos invités de la School of New Football qui auront lieu jusqu’au vendredi 9 juillet inclus, inscris-toi ici.

 

Send this to a friend