Kodie Shane brûle les stars en featuring et s'impose en idole de demain

Kodie Shane brûle les stars en featuring et s’impose en idole de demain

kodie-shane-interview-yard-2019

C’est à croire que Kodie Shane est née dans un studio : Atlanta et Chicago ont donné naissance à un enfant turbulent dont on n’est pas prêt d’oublier le nom. Délicate bête de scène, rappeuse-chanteuse à l’autotune romantique, l’artiste de vingt ans a déjà volé la vedette à Lil Yachty, Lil Uzi Vert ou encore Trippie Redd sur des collaborations bluffantes et vient de sortir son premier album, Young HeartThrob (« Jeune Idole », en français). On a voulu revenir sur le parcours un peu hors du commun de l’artiste. 

Photos : @adrelanine

« Tiens ta langue quand tu m’adresses la parole », rappait Kodie Shane dans son tout premier titre, « Crown Me ». À l’époque, l’artiste n’a que quinze ans et se fait appeler The Don, après le personnage principal du film Don Jon, un coureur de jupons à qui aucune femme ne résiste. Depuis, Kodie Shantiu Williams se fait presque appeler par son vrai nom mais n’a rien perdu de son flow et de son assurance, même lorsqu’elle passe du rap à la chanson avec assez de naturel pour qu’on ne se soit aperçus de rien. Du haut de ses vingt ans, l’artiste n’est déjà plus une rookie et dissimule à peine l’intensité de son caractère de rock star derrière sa candeur. Entière et explosive, voilà deux qualités qui nous ont donné envie d’attraper au vol le phénomène d’Atlanta.

Mais Kodie Shane ne tient pas en place. Surexcitée à l’idée d’être en tournée en Europe, elle s’interrompt pendant l’entretien pour faire des grimaces, se met en scène avec humour, chante ou danse depuis le canapé sur lequel elle est assise. En évoquant son premier concert à Paris le soir même, la chanteuse s’agite comme une môme et s’écrit « bonjour » en français à tout bout de champ, sans qu’on n’ait jamais envie de mettre fin à ses joyeux élans. « Je n’arrive pas à croire que je joue en France ce soir… C’est surréaliste ! Je n’arrive même plus à parler. Je ne sais pas quoi dire, j’hallucine encore. Peut-être que quand je serai rentrée aux États-Unis, je vais finir par réaliser » . Celle qui a toujours rêvé de « faire de la musique universelle » assure avoir pris en grandissant une direction moins consensuelle, plus proche de sa propre vérité. Et, comme consciente de son énergie juvénile débordante, elle confesse au détour d’une phrase qu’elle aurait bien voulu avoir dix-huit ans toute sa vie, un air de regret dans la voix.

Vingt ans, c’est déjà trop tard pour ne pas savoir que le succès est traître — tout comme pour continuer à chanter des textes sans réfléchir, ignorer que les mots ont un poids et les paroles des conséquences. « Je m’améliore en grandissant. Je fais de plus en plus attention aux choses que je dis et à celles à propos desquelles je plaisante. J’ai conscience que des gens peuvent me prendre pour modèle. » Auto-proclamée idole dans le titre de son dernier projet, Young HeartThrob, Kodie Shane, dont la carrière a en quelque sorte été parrainée par Lil Yachty, ne prend rien pour acquis.

Au sujet de sa chanson « Normal », parue en 2017 dans l’EP Back From The Future, elle rebondit : « Il n’y a que cinq personnes au monde qui me connaissent, m’aiment et payeraient pour venir me voir. Ce n’est même pas normal. Ce qui serait normal, ce serait de n’en avoir aucune. Je vis ma vie comme si personne ne me regardait, pas comme si on était en train de me passer au microscope en permanence. Quand une fille me brise le cœur, je ne suis pas quelqu’un de « cool », je suis juste moi. Triste histoire [rires]. » Mais la chanteuse n’a pas l’air très rancunière. Tout est bien qui finit bien semble être son mantra.

Preuve en est, la jeune Kodie met les pieds en studio pour la première fois après avoir été renvoyée de l’école pendant dix jours. Une idée de punition de sa mère, depuis devenue sa manager, qui n’a fait qu’accélérer une destinée toute tracée. Et, si, en dépit de sa précocité, elle ne gagne pas son premier et dernier télécrochet, il en faut bien plus à la jeune rappeuse pour s’arrêter en si bon chemin. « Quand j’étais plus jeune, j’ai participé à un talent show, et à ce moment-là, j’ai su que j’aimais la scène. Mais j’ai perdu. Ils m’ont dit que j’étais trop jeune mais j’avais l’impression qu’ils mentaient. Ils m’ont laissée auditionner et me produire, et quand est venu le moment de déclarer le nom du vainqueur — et c’était clairement moi, car la foule criait mon nom —, ils ont dit que j’étais trop jeune. J’ai perdu contre trois enfants qui chantaient du Usher… J’aimerais bien voir ce qu’ils sont devenus. »

kodie-shane-interview-yard-2019

La famille de l’artiste, elle, se montre plus encourageante. Pas surprenant quand on sait que son père, Danny C. Williams, est un ex-membre du groupe Rick, Ran & Dan, que sa tante, Cherrelle, est une chanteuse de R & B et que sa grande sœur faisait partie du girls band Blaque à l’album éponyme certifié platine aux États-Unis. Lorsque Kodie Shane rencontre le producteur Matty P en 2013, c’est donc tout naturellement que ses journées s’étendent sur les canapés du studio, à rêvasser d’abord, puis, rapidement, à écrire pour d’autres artistes et enfin pour elle-même. « Rien que le fait d’être là-bas, de voir comment ça se passait… Sachant que j’ai toujours su que je voulais divertir, et être sur scène de quelque manière que ce soit… Être en studio, c’est vraiment ce qui m’a poussée à le faire. Matty m’avait donné ce vieil ordinateur, j’étais chez moi et je voulais essayer de rapper… Ça a donné « Crown Me ». Ensuite, je l’ai rappé devant ma mère et elle m’a dit que c’était le feu, et qu’il fallait absolument montrer ça à Matty. Puis, on a sorti le morceau. Honnêtement, j’étais un peu dans la retenue parce que c’était vraiment bien, j’avais quelques bonnes punchlines mais… Je me disais : « Qu’est-ce que t’es en train de faire ? » Je rappais en mode hardcore. J’ai tellement évolué depuis. »  Petite rappeuse deviendra grande, et son jeune âge n’a plus l’air d’être un obstacle : « Tout le monde veut être la « lil sis ». Bientôt, moi, je serai « big sis ». »

Qu’à cela ne tienne, c’est sûrement ce que s’est dit Matty P en faisant découvrir Kodie Shane à Coach K, le manager de Migos et Gucci Mane qui la présentera plus tard à Lil Yachty. Pas de doute, Atlanta a de quoi revendre à l’enfant de Chicago. « Moi, je considère que je viens de l’univers… Je plaisante ! Chicago m’a donné beaucoup d’amour mais Atlanta m’a adoptée quand j’ai commencé à créer ma propre musique. Ce que je veux dire, c’est que je viens des deux villes et que j’ai tellement des deux en moi. Mais j’ai fait quelques-uns de mes premiers concerts à Atlanta… »  Là-bas, les rencontres et les collaborations se multiplient, depuis une première apparition sur le titre groupé « All In », jusqu’au morceau « Hold Up (Dough Up) » avec Lil Uzi Vert, en passant par « Sad ». « Quand j’ai fait « Sad », je me suis dit « Wahouh ! », je peux faire des vraies chansons. Je savais en quelque sorte que je pouvais chanter mais je crois que j’avais envie de rapper. Je pensais que c’était plus cool. Mais je n’ai pas à me cantonner au rôle de rappeuse. J’ai le sentiment que je peux faire n’importe quel type de son ou de musique. On essaye des choses. »

C’est avec Matty P que Kodie Shane se rend à L.A. pour expérimenter et travailler sur ce qui deviendra son premier album, Young HeartThrob (2018). Si l’on peut voir apparaître d’autres producteurs, comme Wondagurl, sur la tracklist du projet, Matty P n’en demeure pas moins son home-producer, DJ et frère de cœur. « La plupart du temps, on est sur la même longueur d’onde. Peut-être qu’on n’écoute pas la même chose dans la vie de tous les jours, mais quand il s’agit de créer, ça fonctionne. On a évolué ensemble. » Avant Kodie Shane, Matty P produit pour G-Eazy, Whiz Khalifa ou Travis Scott. « Il apporte une certaine diversité. J’ai l’impression que ses beats sont en avance sur notre temps. Beaucoup de producteurs ne structurent pas leurs beats, c’est toujours la même boucle six, voire vingt-quatre fois de suite. Beaucoup n’essayent pas d’être différents. » Non négligeable, en effet, pour celle qui se considère comme une « R & B-rock star, avec quelque chose de pop » pendant que d’autres « rêvent d’être une rock star mais ne font rien pour ça, et ça devient ennuyeux ».

On essaye alors de comprendre la recette que nous décrit l’artiste, plus complexe celle-ci, mais qui implique de mettre dans la balance la légèreté du R & B et la dimension plus subversive, plus brute, du rock’n’roll. « Rock ». C’est bien ce qu’on se disait en regardant les premiers live VEVO de l’artiste, et son art semble avoir continué à s’améliorer encore et toujours. « Le meilleur se passe sur scène », confirme la chanteuse avec insistance cette après-midi-là avant de nous en faire la démonstration le soir même, à travers un jeu de scène et une maîtrise du show imparables. « Je m’inspire du rock’n’roll parce que j’aime les instruments. Ça me donne envie de sauter du haut d’une falaise, et si tu ajoutes à ça des mélodies… Tu t’envoles ! »

Et ce, sans jamais oublier l’importance d’un message plus si évident à transmettre. Alors qu’elle chante les titres de son album, qui évoquent souvent les relations amoureuses, « l’idée d’embrasser sa souffrance, de ne pas se mentir à soi-même et faire comme si de rien n’était », Kodie Shane distribue des roses à un public hypnotisé. « Il y a tellement de haine dans ma génération. Avec Internet, les réseaux sociaux… Et si on faisait les choses avec plus d’amour ? Kanye West le fait souvent remarquer. Si tout le monde faisait ça, il y aurait clairement moins de haine. Tout ce que je fais, je le fais avec amour, c’est de l’amour ». Et lorsqu’on demande à l’artiste comment elle réagirait si l’une de ses chansons devenait un hymne LGBTQ+, elle répond : « Ce serait tellement génial ! D’abord, parce qu’après ça, je serai à toutes les prides ! [rires] Ce serait un rêve qui se réalise. En fait, c’est même un objectif. Ce serait fou. D’avoir le soutien de la communauté et de montrer que je les soutiens en retour… Ce serait énorme. » À part un hymne et une collaboration rêvée avec Frank Ocean, on voit donc peu de choses à souhaiter à l’artiste. La promesse du futur proche en fait déjà beaucoup : « 2019 va être incroyable. J’ai hâte. Je vais sortir de la musique toute l’année ». Difficile de ne pas voir, en fait, que Kodie Shane pense musique et vit musique, quel que soit le moment. « La musique c’est tout pour moi. La musique c’est tout le temps, toujours. »

kodie-shane-interview-yard-2019

Send this to a friend