La sulfureuse liaison entre John Fitzgerald Kennedy et Marilyn Monroe (1962)

La sulfureuse liaison entre John Fitzgerald Kennedy et Marilyn Monroe (1962)

S’il y a bien une reprise que l’on retient c’est évidemment celle d’« Happy birthday » entonnée par la minaudière Marilyn Monroe lors d’une levée de fond pour le parti démocrate de John Fitzgerald Kennedy le 19 mai 1962 . Ce TBT revient sur la divine idylle de ces deux icones américaines.

 

John a rencontré Marilyn à deux reprises avant de vraiment prendre contact avec elle. En février 1962 à l’occasion d’un dîner organisé en son honneur à New-York, la starlette est conviée. À l’arrivée de l’actrice hollywoodienne, avec près d’une heure de retard, la soirée bascule. Le repas réunissait une vingtaine de personnes parmi lesquelles Arlene Dahl, l’actrice raconte :

 

« Marilyn walked in and everything stopped, everyone stopped. It was magical, really. I’ve never seen anyone stop a room like that. »

« Marilyn est entrée et tout s’est arrêté, tout le monde s’est arrêté. C’était magique. Je n’ai jamais vu quelqu’un arrêté le temps dans une pièce comme ça. »

 

La nuit reprend son cours au moment où le président s’exclame :

« Finally you’re here»

« Finalement tu es venue »

 

L’ambiance est badine, les conversations fusent quand le dîner arrive à son terme. Avant que Marilyn ne s’éclipse, l’ex-président lui demande son numéro qu’elle lui donne. Le lendemain, JFK ne tarde pas à l’appeler pour lui proposer de l’accompagner chez sa sœur à Palm Springs et mentionne bien entendu l’absence de sa compagne Jacqueline Kennedy. La comédienne de Les Hommes Préfèrent Les Blondes ne se fait pas prier pour se joindre à lui.

Une fois arrivés à destination, les deux amants boivent énormément, passent de bons moments et partagent la même chambre. Néanmoins, cet instant où naît la passion entre John Fitzgerald Kennedy et Marilyn n’est pas vécu de la même manière. Pour JFK ce séjour ne représente qu’une aventure comme une autre ; pour elle, convaincue d’être importante aux yeux du dirigeant des Etats-Unis, c’est le début d’une obsession.

 

JFK Marilyn Monroe

 

John aurait pourtant confié à un de ses amis sénateur George Smathers avoir parlé avec elle pour éclaircir la situation :

« You’re not really First Lady material, anyway, Marilyn. »

« Tu n’es pas la Première dame de toute façon Marilyn. »

 

Une phrase qui a profondément touché la pin-up. Selon ce même témoin, les deux tourtereaux ne se seraient revus qu’une fois après le voyage à Palm Springs lorsque la plantureuse actrice se serait décidée à rendre une visite inopinée à son amant à Washington. Ils ont pris un bateau accompagnés de quelques proches où ils se sont amusés avant de rentrer chacun de leur côté.

L’histoire aurait pu en rester là mais Marilyn, totalement instable et imprévisible, se voyait comme la future Première dame des États-Unis. Un soir, elle aurait appelé Jackie pour lui dévoiler toute l’histoire et lui annoncer que John allait la quitter pour elle.

Mais l’épouse de JFK savait que son mari la trompait régulièrement et fermait consciemment les yeux dessus persuadée qu’il l’aimait comme son père infidèle aimait sa mère. De fait, lorsque Jackie a décroché son téléphone, elle se serait contentée de répondre sarcastiquement :

 

« Marilyn, you’ll marry John, that’s great … and you’ll move into the White House and you’ll assume the responsibilities of First Lady, and I’ll move out and you’ll have all the problems. »

«  Marilyn tu vas te marier avec John, c’est bien… et tu viendras t’installer à la Maison Blanche à ma place et tu récupèreras tous les problèmes. »

 

Jacqueline Kennedy n’avait jamais craint une seule liaison, elle les acceptait tant que son image n’était pas écornée publiquement. Marilyn a su faire battre de l’aile le couple Kennedy et si, encore aujourd’hui, leur courte histoire fait partie des mythes c’est qu’aucun des deux n’aura jamais pu s’exprimer à ce sujet. En 1962, la belle meurt alors accro aux drogues et à l’alcool, instable émotionnellement, elle craint d’avoir hérité de la schizophrénie paranoïaque de sa mère. JFK lui décède un an plus tard, le 22 novembre 1963, assassiné par balles lors d’un cortège présidentiel. Marilyn Monroe et JFK ont emporté dans leur tombe le secret de la passion qui les liait. Une histoire digne de Roméo et Juliette, voilà peut-être la raison du fantasme encore présent aujourd’hui autour de leur relation.

 

 

Send this to a friend