One year, one shoe : Adidas Stan Smith (1964)

One year, one shoe : Adidas Stan Smith (1964)

Chaque semaine, nous vous faisons découvrir une chaussure ayant marqué son année de sortie. Quoi de mieux pour inaugurer cette rubrique sur les sneakers iconiques que la Adidas Stan Smith, modèle emblématique de la marque allemande qui a fait son retour en ce début d’année après près de 3 ans d’absence.

Comme beaucoup de belles histoires, celle de la Stan Smith commence de façon cocasse, puisqu’au début de sa vie elle ne porte pas encore son nom mais celui du tennisman français Robert Haillet. Ce dernier est chargé par Adidas d’aider à la création d’une chaussure de sport adaptée à la pratique du tennis. En 1964, la Robert Haillet voit le jour.
Ce n’est qu’en 1971 que la paire prendra en partie le nom de Stan Smith, du nom de Stanley Roger « Stan » Smith, jeune tennisman américain alors numéro un mondial. Adidas signe un contrat d’exclusivité avec le joueur en 1973, et la chaussure est définitivement rebaptisée Adidas Stan Smith en 1978. Si le tennisman a brillé lors de sa carrière et reste l’un des plus grands sportifs de sa discipline (37 victoires en tournoi en simple, 54 en double), le grand public se rappellera surtout de cette paire.

53

Pour beaucoup, la Stan Smith est synonyme de classe, style et distinction dans l’univers de la basket. En effet, ce modèle est déjà particulier par ses caractéristiques de départ qui font sa singularité dans la grande collection des modèles Adidas. Première chaussure de tennis entièrement conçue en cuir, elle a la particularité d’avoir des perforations sur les flancs à la place des traditionnelles trois bandes, encore aujourd’hui présentes sur la plupart des productions de la marque allemande. Ces perforations, censées améliorer l’aération, sont accompagnées d’une protection au tendon d’Achille, de couleur verte, qui constitue l’identité visuelle cette paire. La Stan Smith plaît par la simplicité de sa conception et son apparence immaculée, classy et moderne qui la rende indémodable.

La Stan Smith deviendra la première véritable chaussure de sport à sortir des terrains, courts et autres parquets pour s’installer dans la rue, pour devenir une paire « casual », portée dans la vie quotidienne. Elle sera définitivement consacrée à partir des années 80 lorsqu’elle sera portée au sein des mouvements punk, hip-hop ou reggae. Si son succès est mondial, elle acquiert une aura particulière en France où la paire deviendra l’un des témoins d’une génération portée par l’influence hip-hop. La Stan Smith symbolise parfaitement les années 90 et cette jeunesse souvent associée à la banlieue, une imagerie bien aidée par les apparitions de la chaussure dans des œuvres devenues mythiques comme le film  La Haine Vincent Cassel arbore ses baskets blanches tout au long du film, ou encore dans le clip du groupe IAM « Je danse le MIA »  réalisé par Michel Gondry en 1993.
La Stan Smith fait partie des quelques exceptions françaises, ces modèles au succès international parfois mitigé mais incarnant chez nous l’essence d’un mode de vie et d’une culture street à l’instar de :  la Reebok Classic, la Air Max BW, ou encore les Air Max Plus et Air Rift, plus vulgairement appelés respectivement, « Requins » et « Ninjas ».

kermit

Suite à son succès,  la Stan Smith se verra déclinée sous différentes formes, entre collaborations et customisations diverses. De la couleur verte originale, on a vu apparaître d’autres teintes (bleue, rouge) d’autres matières (suède), des collaborations avec des artistes tels que Mark Gonsales ou Raf Simons. Elle subit aussi de nombreuses transformations où tour à tour elle intègre un scratch, des talons compensés, des personnages tels que Mr. Happy, Piggy ou Kermit dans la collection Adicolor ou même une version skate.
Après un hiatus de trois ans suite à l’arrêt de sa production en 2011, la Stan Smith revient fort et signe un come back en fanfare en ce début d’année. Adidas a su mettre en place une campagne promo parfaitement articulée notamment sur les réseaux sociaux et s’appuyer sur le poids médiatique de Pharrell Williams, fraichement intronisé collaborateur de la marque, pour un partenariat qui augure de belles choses à venir pour les aficionados des trois bandes. Aujourd’hui autant présente dans la rue que dans les cercles plus fermés des fashion week mondiales, la Stan Smith a réussi à grandir et a s’émanciper des courts de tennis pour devenir une icône culte incontournable.

1964 EN 5 DATES

24 février : Cassius Clay décroche son premier titre de champion du monde.
17 avril : Les Rolling Stones sortent leur premier album, The Rolling Stones.
12 juin: L’ancien vice-président de l’African National Congress, Nelson Mandela est condamné à la détention à perpétuité.
14 octobre : Martin Luther King reçoit le prix Nobel de la paix.
10 décembre : Jean-Paul Sartre refuse le prix Nobel de littérature, par souci d’éthique.

Et Stan Smith débute sa carrière…

@rickrence

Send this to a friend