Qui sont SOB x RBE, phénomènes de la B.O. de « Black Panther » ?

sob-x rbe-black-panther-kendrick-lamar

Chaperonnée par Kendrick Lamar et forte d’un casting cinq étoiles, la tracklist de la B.O. de Black Panther avait suscité un enthousiasme immédiat. Une semaine après sa sortie, c’est pourtant le titre d’un groupe passé plus ou moins inaperçu qui tourne inlassablement dans nos lecteurs. On se devait donc d’en apprendre plus sur ceux qui se cachent derrière les sigles « SOB x RBE ».

À défaut de nous offrir le grand moment de cinéma que beaucoup semblaient attendre, la sortie de Black Panther aura au moins eu le mérite d’injecter un peu de sang neuf dans nos playlists Spotify. Pour ça, on remercie mille fois Kendrick Lamar, qui s’illustre en chef d’orchestre d’une bande originale dépouillée, brillante d’efficacité et d’éclectisme.

Bien qu’en possession du sifflet de coach, le rappeur de Compton se laisse le droit de chausser les crampons ici et là, pour s’aventurer dans la zone industrielle de Vince Staples (« Opps ») ou plonger avec Ab-Soul, Anderson .Paak et James Blake dans les « Bloody Waters ». Sa rotation d’effectif implique une quantité de joueurs chevronnés, de Swae Lee à Travi$ Scott, en passant par ScHoolboy Q ; ainsi qu’une poignée de petites révélations, comme les sud-africains Saudi et Yugen Blakrok. Leurs efforts ne peuvent toutefois dissimuler le fait que la principale réussite du disque soit frappée de deux sigles jusqu’alors inconnus de la plupart des auditeurs.

Sur le menaçant « Paramedic! », Kendrick se contente d’un refrain nonchalant pour mieux laisser briller le collectif SOB x RBE. Ses membres déroulent tour à tour leur débit rugueux, ardent comme le soleil qui surplombe la Bay Area – d’où ils sont originaires. Ils sont quatre à s’illustrer sur la B.O. de Black Panther : Slimmy B, Lul G, DaBoii et Yhung T.O. Tous flirtent avec la vingtaine. Ce sont les mêmes qui se sont présentés lors de chacune des apparitions médiatiques que le groupe a effectué pour le moment. Mais du côté de Genius, on dénombre pourtant six membres. « Il y a en a quelques autres qui ne rappent pas. SOB x RBE n’est pas un gang, mais une famille. Ca va bien au-delà de la musique », glissait l’un d’eux à The FADER, en avril dernier. On comprend donc que les contours peinent à être définis avec exactitude.

Ce qui ne veut pas pour autant dire que certains postes sont à pourvoir. SOB sont en effet les initiales de « Strictly Only Brothers » (« strictement qu’entre frères »). Un état d’esprit auquel le public rap n’est que trop familier, pour s’être épuisé au « QLF » de PNL ou au « No New Friends » de Drake. On inscrira plutôt SOB x RBE dans la lignée du « OTF » (« Only The Family ») des chefs de file du mouvement drill, Lil Durk et Lil Reese. Il suffit de regarder le visuel de leur titre « Endzone » pour s’en persuader. De jeunes afro-américains postés en équipe dans une résidence trop peu éclairée, qui agitent dangereusement leur calibres devant une caméra en mouvement : cette brève esquisse doit sans doute vous dire quelque chose, n’est-ce pas ? La référence sera d’ailleurs assumée plus directement dans le morceau « Calvin Cambridge », où DaBoii rappe « SOB, it’s just us nigga » en écho au titre « Us » de Lil Reese.

La comparaison n’ira cependant pas plus loin. À la fureur bestiale de ses homologues de Chicago, la clique du SOB préfère les moves plus décontractés. Il faut dire que leur musique s’y prête, parfaitement ancrée dans la tradition ouest-américaine. Délicieusement funky, les basses rebondissent sur des samples de soul et de R&B, allant de Miguel à Chaka Khan. « Endzone » reprend la boucle de Luniz, « I Got 5 On It », « Calvin Cambridge » nous rappelle au bon souvenir de N.W.A. « On fait juste de la musique pour la street. Dans ma tête, quand j’ai commencé à faire du son, je me disais que j’avais juste besoin d’un morceau qui me permette de recevoir le soutien de la Bay Area, que les gens d’ici me connaissent », raconte Slimmy B, toujours pour The FADER. Avant Kendrick Lamar, SOB x RBE pouvait déjà compter sur l’appui d’artistes comme Mozzy, YG ou Sage The Gemini, qui les avait emmené en tournée sur toute la côte Ouest.

Le collectif s’est montré particulièrement productif en 2017, avec la sortie d’un premier projet éponyme et une série de six mixtapes solo – dont deux pour le seul Yhung T.O., crooner « street crédible » doté d’un sens aigu de la mélodie. Bon nombre de leur clips ont engrangés plusieurs millions de vues, et on ne les imagine pas s’arrêter en si bon chemin. D’autant qu’outre Black Panther, SOB x RBE est déjà d’attaque pour 2018 : leur premier album Gangin est sorti ce vendredi 23 février, après quoi le crew partira jouer les « rockstar » en première partie de Post Malone et 21 Savage.

Send this to a friend