« Viens sur WhatsApp » : voyage au Brésil avec Petit Piment

 

De retour d’un long séjour au Brésil, la DJ Petit Piment est de retour dans l’hexagone avec un mix qui vous donnera un aperçu des scènes alternatives brésiliennes. Entêtantes, hyper rythmées et bouillonnantes. L’occasion aussi de vous donner un avant-goût de ce qui vous attend le mardi soir au YARD Summer Club, dans le club du Wanderlust.

 

 

Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ?

Je suis Petit piment une Dj membre du label mexicain Oneself spécialisé dans la musique latine électronique. Grâce à mon projet de mix series «Malandragem Suave» sur Soundcloud je me suis produite en Suisse à Genève, en Allemagne à Dusseldorf, à Porto au Portugal et au Brésil où j’ai passé quelques mois. j’ai décidé de réaliser un nouveau mix qui illustre un peu tout ce qui se fait dans la scène alternative de la Bass music brésilienne actuelle.

 

En tant que DJ qu’est-ce que tu aimes le plus jouer ?

Ma musique oscille entre rythmiques afro, brésiliennes, hip hop & future beats. Je me sers surtout du baile funk en l’employant sous toutes ses formes comme le funk Carioca (percussions et batucada), le funk Paolista (minimaliste), le funk de Belo Horizonte (déstructuré et futuriste) et les déclinaisons modernes comme la Favela trap, le Chill baile.

 

Tu partages aujourd’hui avec nous la playlist « Viens sur WhatsApp ». Qu’est-ce qui nous attend au numéro que tu donnes en description ?

« Viens sur WhatsApp » c’est traduit de l’expression de rue brésilienne « Vem de zap » courante dans la nightlife là-bas, c’est une invitation directe à faire connaissance. C’est la première fois que je sors un mix à registre clubbing, bien moins chill qu’habituellement. J’ai choisi ce titre car pour moi c’est une invitation vers une immersion dans la culture urbaine de la nuit.

 

 

Parlons maintenant de la playlist en elle-même. Qu’elle est son origine et quel message as-tu voulu transmettre en y mettant le Brésil en avant ?

L’Europe a souvent gardé une image culturelle old school du Brésil avec la Samba et la Bossa. Alors qu’actuellement une multitude de nouveaux genres musicaux électroniques résonnent dans les métropoles Brésiliennes. (le baile footwork, l’afro baile, la brazilian bass, et très récemment le baile funk 150 BPM)
J’ai eu l’opportunité de rencontrer des artistes tels que Carlos Do Complexo, le duo DKVPZ ou encore Badsista et le collectif féminin Coletivo Bandida qui m’ont énormément inspiré là-bas. C’est pour mon retour en France que je décide de partager cette énergie et cette vibe au travers d’un mix entre percussions, funk futuriste, grime et afrobeats.

 

Quels sont tes futurs projets ?

Il y a des bootlegs et quelques live edit dans mon mix, je m’oriente vers la production musicale et je prévois de sortir quelques tracks dans les prochains mois. En parallèle je prépare de nouvelles tapes pour des labels. J’ai une admiration pour la représentation importante des femmes dans le djing et la musique au Brésil, j’aspire à pouvoir partager plus de scènes et de collaborations avec des artistes féminines en Europe.

 
Soundcloud: @petitpiment
Facebook: @unpetitpiment
Instagram: @unpetitpiment
Artwork : @dailyjerryblog
Photo : @cammzo

Send this to a friend