Du 93 à Kendrick Lamar : Pièces Uniques, du coeur et des vêtements

Du 93 à Kendrick Lamar : Pièces Uniques, du coeur et des vêtements

YARD-PIECES-UNIQUES-SELFDRIGES-MARQUE-STREETWEAR-FASHION-PARIS-COVER

Avec ses inspirations utilitaires, ses silhouettes épurées et ses finitions singulières, Pièces Uniques se taille doucement une place au soleil. Relève de la mode parisienne, la marque est née hors sérail, dans le 93. Edmond Luu, son fondateur, nous a conté son histoire encore fraîche.

Photos : @alextrescool

Il dit « on », Edmond. « On » pour Bilal, pour Alexandre, pour Célia, pour la paire de Pierre, pour Sylia, pour Christophe, pour Ardee… Ses associés, ses plus que potes. « Quand on a commencé, certains avaient 14 ans. On a grandi ensemble, c’est une famille. » Il dit « on », Edmond. Mais c’est bien au « je », que débute l’histoire.

Edmond a grandi à Villepinte, cité dortoir de Seine-Saint-Denis, avec du métissage et de la chaleur dedans. Il l’annonce fier, comme un insigne qu’on épingle crânement sur le coeur. Son truc, ç’avait d’abord été l’image, des clips de rappeurs du coin filmés au Canon, quand il était ado. À côté, il y avait le dessin, des bidouillages sur Photoshop, puis la musique, surtout. Huit ans au Conservatoire, à ténoriser des airs d’opéra, gratter de la guitare, taper sur un piano. Huit ans au Conservatoire et une gloriette sur YouTube, avec des reprises en groupe de tubes R&B.

Le touche-à-tout se souvient qu’il aimait la mode, sans plus d’ambitions. Convaincu d’un milieu élitiste, qui n’était pas pour lui. Un jour, pourtant, la lueur. « Je ne me retrouvais pas forcément dans ce que je pouvais acheter, par rapport aux moyens que j’avais. Donc j’ai voulu essayer de créer ma propre marque. » Il planche sur un premier concept, qui ne franchira jamais sa chambre. Pièces Uniques se révèlera plus tard, pour un projet d’école, pendant ses études en publicité. Le nom promet des créations rares et originales, reconnaissables immédiatement. Edmond rejoue la débrouille des débuts, pour financer l’affaire. Epoque tendance du denim balafré, il achète des jeans noirs bon marché, qu’il lacère minutieusement. « Je passais tous mes week-ends à faire ça et je les revendais. J’ai réussi à rassembler à peu près 5000€. »Un petit pécule pour accoucher d’une première collection griffée, inspirée du vestiaire de Kanye West.

« La mode c’est un pilier, mais c’est ce qu’on crée autour qui est vraiment intéressant. »

Rapidement, sa signature s’affirme. Les silhouettes sont nettes et structurées, les palettes monochromes. Chez Pièces Uniques, ça porte un costume rose bonbon, une doudoune en thermoplastique transparent, un gilet tactique sur un t-shirt ton sur ton ou une veste officier sanglée. Partout, on ajoute un « truc en plus », un détail singulier : une boucle utilitaire, un zip, un cadenas, une lanière, un logo. Puis des poches, ici ou là, plaquées, asymétriques, à soufflets, zippées, en PVC. Les pièces les plus sophistiquées sont façonnées à la main en quantités ultra limitées. Pas plus de 20 exemplaires, comme un gage d’exclusivité.

Les prix sont contenus, ne débordent pas, pour ne priver personne. « Quand j’étais plus jeune, j’étais un peu frustré de ne pas pouvoir m’offrir toutes les pièces que je voulais donc c’était important de pouvoir proposer des prix convenables. » Il dit « on », Edmond. Et « partager », beaucoup. Au-delà de ses idées, le créateur écoute ce qu’on écrit à la marque, sur les réseaux ou au service client, les pièces qu’on préfère, les couleurs qu’on réclame. Traditionnellement réservés aux acheteurs, les showrooms s’ouvrent à tous, lieux d’expériences où on découvre, bavarde et assiste à des lives musicaux.

« On voulait échanger, mais pas seulement en termes de mode. Donc on a décidé de faire découvrir des artistes émergents, qui grandissent en même temps que nous. » Flohio dans les locaux de YARD, JGrrey dans un appartement. Pièces Uniques veut parler culture plus que de mode, faire vivre des moments, transmettre des émotions. « La mode c’est un pilier, mais c’est ce qu’on crée autour qui est vraiment intéressant. » Puis il y a les défilés digitaux, sans invitations ni premiers rangs, à voir depuis son lit, son canapé, ses W.C. « Tout le monde est assis au même niveau ». Faut que ça soit ouvert, accessible, inclusif. Il dit « on », Edmond. Et « partager », beaucoup.

Pièces Uniques n’en finit plus de grandir. Là, à trôner en Une de Forbes sur Kendrick Lamar, ou dans un pop-up store chez Selfridges, entre Fendi et Gucci.

Le jour, Edmond est pubard chez Dior Parfums. L’image le nourrit et l’obsède. Pour Pièces Uniques, il pense des univers visuels avant même les vêtements. « Pour moi, les campagnes font limite partie des looks. » Ses atmosphères s’inspirent de l’architecture post-moderniste de Ricardo Bofill, des animés japonais (« Il m’est même déjà arrivé d’acheter des costumes de manga pour designer des vêtements ») comme des morceaux classiques qu’il jouait hier au piano. Le créatif donne à voir sa mode en tableaux oniriques. Elle se promène dans des décors surréalistes tout en contours géométriques, lignes verticales et toits-terrasses. Se noie dans des océans pastel, des horizons grandioses. Se perd dans des dédales labyrinthiques. Ses clichés narrent des histoires, se foutent des produits. Ils capturent des instants de vie de modèles qui n’en sont pas vraiment. En campagne, ça loue un Airbnb en tribu façon colo, avec des rires qui rebondissent sur les murs et des matelas qu’on agglutine. Le label contrarie ceux qui changent de visage, de style et de récit à chaque saison.

pieces-uniques-yard

Il dit « on », Edmond. Parce qu’il y a tous les autres, autour de lui. Ceux qui sont là depuis le départ et ceux qui ont grossi les rangs petit à petit. « Derrière chaque partie de Pièces Uniques, il y a une petite main de l’équipe, quelqu’un qui était là, à faire un job qui n’était peut-être même pas le sien. » Se dégourdir, se dédoubler. La bande construit et mûrit ensemble, depuis bientôt quatre ans. Elle procède un peu de traviole, mais ça lui réussit. Pièces Uniques n’en finit plus de grandir. Là, à trôner en Une de Forbes sur Kendrick Lamar, ou dans un pop-up store chez Selfridges, entre Fendi et Gucci. Edmond a balayé les propositions d’investissement pour préserver sa liberté et son authenticité. « Je veux rester mon propre chef et toujours garder ce côté débrouille, avec la même mif. » Lui, comme les autres, mène une double vie, consacre chaque bout d’existence volé à la marque. Il rêve de plein temps, de bureaux, de structure. Pour eux, plus que pour lui. Parce qu’il dit « on », Edmond.

Send this to a friend