Interview(s) : Fary & Camélia Jordana

Interview(s) : Fary & Camélia Jordana

Ils ne s’étaient jamais vus, jamais rencontrés, jamais parlés. Pourtant, au fil de la discussion, surgissait l’impression de voir deux vieux amis de jeunesse se retrouver et se raconter leurs belles années. Fary et Camélia Jordana vivent au naturel et marchent au feeling : quand ça match, ils pourraient échanger des heures entières. On en a compilé 30 minutes pour vous.

Beatmaker : François Bucur
Photos : @lebougmelo

On s’était donné rendez-vous dans dix ans dans le 10ème arrondissement de la capitale. Après avoir mixé Alban Ivanov avec Guizmo et Thomas N’Gijol avec Eddy de Pretto, c’était au tour de Camélia Jordana et Fary de se rencontrer, pour la première fois. Quand elle navigue entre musique et cinéma, faisant fit de toute langue de bois, au risque de s’attirer les foudres d’une frange de la société ne se reconnaissant pas dans ses traits, lui manie les mots et provoque le rire d’une audience toujours plus grande, profitant de sa tribune pour mettre en lumière des incohérences sociétales. Tous les deux sont artistes, avec un grand A.

On les retrouve dans la petite cour d’un hôtel-café, rue de Paradis. Fary arrive le premier ; avec son flegme habituel, il enchaîne les taquineries à tire-larigot avant de parler du très bon concert de Damso à Bercy où il a eu la chance d’être invité. Camélia Jordana arrive peu après, un grand sourire sur le visage et avec une joie de vivre rare. Les deux artistes ont beau rassembler les foules en concert ou sur les planches, dans les salles ou à la télé, ils n’en oublient pas ce qu’ils sont : des individus normaux, à qui a été donné la chance de pouvoir vivre de leur passion. Cette réminiscence continuelle leur a sans doute permis de ne jamais prendre la grosse tête, et de toujours prendre un recul immédiat sur leur travail malgré qu’ils font tous deux salles combles et qu’ils reçoivent un amour qui ne leur semble pas être dû. Fary et Camélia rassemblent le peuple, et sans vouloir en être un porte-drapeau, se voient obligés de le raconter sous tous ses angles, bons et mauvais. Et s’ils se questionnent sur leur rôle, leurs prérogatives, c’est avant tout pour vaincre certains maux et prouver que le silence n’est pas toujours d’or.

Fary sera en représentation à l’AccorHotels Arena le 1er mars 2019. Réservations ici.

L’album LOST de Camélia Jordana est toujours disponible ici.

Send this to a friend